Bilan des Eurocks 2012

Eurockéennes 2012

Eurockéennes 2012 - Photo : Gérard Martin

L’édition 2012 des Eurockéennes qui vient de s’achever va forcément laisser des traces dans la mémoire de ses organisateurs. La logistique rafraîchie depuis l’an dernier a été mise à l’épreuve par une météo houleuse.

Premier motif de satisfation : la programmation a rassemblé assez de monde pour que la jauge soit complète chaque jour. Le camping lui-même a été moteur en matière de fréquentation, avec 17 000 personnes. Le retour de Bertrand Cantat à la presqu’île du Malsaucy, en guest sur le concert d’Amadou&Mariam, n’aura pas été qu’un effet d’annonce. Sa participation n’est en rien passée inaperçue ! Il manquait assez au public pour que le simple fait de prononcer son arrivée en scène par Amadou fasse lever tous les bras.  A contrario, on peut regretter la prestation froide et insipide de The Cure, aussi décevante qu’attendue…

Mathias Malzieu du groupe Dionysos

Mathias Malzieu du groupe Dionysos - Photo : Gérard Martin

Mais les programmateurs ont visé juste lorsqu’ils ont misé sur la Soul Music de Django Django, qui ont su transpirer et faire danser la Plage. A noter dans un registre analogue les performances vocales de la jeune Sallie For,  ou encore d’Alabama Shakes.

Comme chaque année, la programmation a également drainé les Tremplins régionaux, mais cette fois, le jury a dû combler l’absence de la regrettée Patricia Bonnetaud. Celle qui fit découvrir des groupes comme Tryo ou encore Mass Hysteria grâce à son premier label Yelen Music puis l’actuel Ladilafé, nous a quittés il y a quelques mois. Un hommage unanime a été prononcé par l’équipe des Tremplins et applaudi en fanfare par toute l’assistance de la conférence de presse bilan. La mémoire de Patricia demeure dans la façon de travailler sur les Tremplins aux Eurockéennes, dixit le jury.

Hubert-Félix Thiéfaine

Hubert-Félix Thiéfaine - Photo : Gérard Martin

Après une première journée quasi caniculaire, l’intempestif orage bien anticipé et survenu samedi soir a déclenché la cellule de crise prévue à cet effet. Le dispositif prioritaire de sécurité, en consultation avec la préfecture, a opté pour le maintien des concerts. « C’est un choix calculé », précise Jean-Paul Roland, estimant que « tout était fait pour que les individus soient en sécurité sur le site ». Six-cent hommes en charge de la sécurité étaient mobilisés. Le public s’est montré avisé, et compréhensif devant le décalage des spectacles du samedi soir.

Ce n’est pas le seul point logistique que les Eurockéennes souhaitent souligne. Le festival rend de plus en plus visible l’accessibilité de son site aux personnes handicapées. Pour se faire elle collabore une fois encore avec des associations et la Maison du Handicap du Territoire de Belfort. En outre soucieux de l’environnement, les organisateurs tiennent à mettre en avant « l’improbable » rencontre entre rock et biodiversité, poursuivant depuis trois ans son partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), qui s’inscrivait cette année dans le cadre du centenaire de cette structure.

- Frédéric Dassonville -

Tags: , , ,

Pas encore de commentaires

Répondre